Maintenir l'ouverture des gares à Roubaix et ailleurs, une exigence de service public

Publié le 17 Février 2014

th-300x1999-tervert-99_jpg.jpgLa SNCF réduit drastiquement les horaires d'ouvertures des guichets dans de nombreuses gares en Région Nord Pas-de-Calais, sans concertation, sans information préalable. La Région Autorité Organisatrice de Transport sur le TER conteste l'atttitude cavalière de la SNCF et réfute les arguments peu convaincants de ce choix à l'heure où les gares plus que jamais doivent constituer des pivots du service public dans les Ville et les campagnes. L'impôt des contribuables paye une mission qui doit être remplie dans un cadre de relations partenariales respectueuses des attentes exprimées par la Région. Ce n'est pas le cas... La SNCF risque ainsi de nuire à son propre intérêt, au moment où se renégocie la convention TER et où on discute en Europe du 4ème paquet ferroviaire. Faute de dialogue convaincant et d'écoute de la part de la SNCF, les paiements prévus par la Région sont gelés.

 Au moment où nous devons nous prononcer sur le paiement de l'acompte de la convention TER, nous exigeons de la SNCF qu'elle entame une véritable discussion avec la Région : cette convention doit respecter dans les faits les objectifs du schéma régional des transports et des mobilités, que nous avons voté, mais aussi le service public de qualité dû aux usagers.

Permettez-moi un instant de faire une ode aux gares. Les services rendus aux usagers dans les gares TER sont de plusieurs ordres. La vente des titres de transport bien sûr, mais aussi la prise en charge des usagers, notamment des personnes à mobilité réduite, et l'accès à la salle d'attente, un lieu qui est chauffé, éclairé, avec de la présence humaine, des renseignements, des services, un lieu où l’on est en sécurité, un repère en cas d'accident sur les voies, sur le trafic. Bref, la vie simple d'une société qui prête attention aux gens.

La présence du service public dans beaucoup de territoires passe par la gare. C’est une question, qui va concerner la directive régionale sur l’égalité des territoires que nous avons prévue dans le SRADDT. A compter du 1er février, la SNCF, on l’a vu, modifie les services apportés aux usagers ; ces modifications ont été décidées sans aucune concertation, sans information préalable avec Lille ou avec la Région, alors que la convention prévoit le contraire. En revanche, le personnel SNCF a bien reçu sa feuille de route intégrant ces modifications, ce qui a bien sûr déclenché un conflit social qui perdure encore par certains aspects dans certains endroits.

La SNCF a décidé de fermer ou d'adapter l’activité des guichets dans 12 gares de la région sur les 74 avec, comme justification, des chiffres d'affaires qui baissent de 15 à 30 %, mettant en avant que beaucoup de ventes se font par téléphone ou via les automates. Le rôle d'une gare n'est pas que la vente des billets de chemin de fer.

Pour illustration, je citerais la fermeture totale au 1er février, de la gare d’Achiet où la diminution, dès le 1er janvier, des plages horaires d'ouverture de la gare de Roubaix, deuxième ville de la région. Des modifications horaires aussi dans d'autres gares : Ascq, Hazebrouck, Calais, mises en œuvre à partir du 1er février.

Ces décisions de la SNCF, aujourd'hui, constituent une atteinte grave à la contractualisation en cours, à l’idée que nous défendons du service public. Et en négligeant ces services en gare, la SNCF néglige aussi des objectifs du schéma régional des transports, puisque nous prévoyons le doublement du trafic d’ici 2020. Elle néglige évidemment les usagers.

Nous savons que, quand on diminue la présence humaine dans les gares, on renforce le sentiment d’insécurité des usagers, et que les changements d’horaires se traduisent par une diminution d’usage du train. Au-delà des réductions de temps d'ouverture, une inquiétude existe sur le maintien de la présence demain dans les trains des contrôleurs. La position actuelle de la SNCF nous semble d’autant plus irrecevable que la Région couvre les baisses de chiffre d'affaires : donc nous avons un service qui se dégrade alors que nous payons !

Je préside le comité de ligne des usagers du TER de "l'Etoile lilloise", qui voit arriver sur la métropole lilloise beaucoup de petites ou grandes lignes; lors de la dernière réunion de ce comité des usagers du TER, nous avons abordé le problème de l'ouverture de la gare de Baisieux. C’est une gare qui n’ouvre pas quand les usagers prennent le train, mais juste après... Conclusion, alors que nous avons un bâtiment chauffé, les gens ne sont pas à l’abri mais dans le froid puis, benoitement, à 9 heures, arrive quelqu’un pour faire la vente de billets.

Je pose ce problème depuis deux ans à la SNCF qui semble être dans une attitude autiste sur une sujet sensible : l'adéquation des horaires de gare au besoin des usagers, et pas simplement pour la vente des billets. 2 semaines après cette réunion du comité de ligne, je découvre alors qu’on en avait discuté en comité de ligne, que le problème va se poser sur la gare de Roubaix avec une réduction drastique de l'ouverture. Cela n’a même pas été mentionné, même pas donné comme information, alors que la SNCF était en face les usagers de ce secteur. Cette fermeture qui n'a pas été dite au comité de ligne, elle est aujourd'hui effective, et nous n'avons pas été avertis.

La gare de Roubaix est celle de la deuxième ville de la région, c’est aussi la plus pauvre.  Pour la Redoute, juste à côté c'est un deuxième plan de licenciement en cours. Cela veut dire qu’on a un immense besoin de services publics, une immense urgence à ne pas se sentir abandonnés et que la réduction des horaires de la gare de Roubaix, c'est un nouveau coup à la spirale du déclin. Or on a réduit depuis des années les TGV dans ce secteur, les trafics de voyageurs d’affaires ont disparu. Ils vont prendre le train directement sur Lille, et puis "on a le métro". Nous avons aujourd’hui une gare qui avant, avait des horaires de 6 h 30 à 22 h 30, mais aujourd’hui, c’est 9 h - midi, 13 h - 17 h. Après 19 h 30, l’accès se fait par le côté de la gare, par des voies sombres et je peux vous dire que le secteur de la gare, qui est en pleine restructuration urbaine sur Roubaix, est « un spot un peu chaud » sur la ville.

Les Roubaisiens ont le sentiment d'être méprisés. On peut dire que c’est le vent de la colère qu'on peut semer avec des mesures comme cela. C’est pour cela que le Conseil Régional fait bouclier, et nous avons diffusé les prises de position du Président de Région qui très tôt a dit :"on ne laissera pas faire".  

 

Ainsi la Région aujourd'hui refuse de payer si rien n'est fait et n'accepte pas les décisions unilatérales de la SNCF quant aux réductions des ouvertures de gare. Aujourd’hui,nous soutenons Alain Wacheux, Daniel Percheron pour qu’ils tiennent bon dans la négociation pour une véritable qualité du service public.

 

Myriam CAU

 

http://www.lepoint.fr/societe/ter-la-region-nord-pas-de-calais-gele-ses-paiements-a-la-sncf-en-signe-de-desapprobation-17-02-2014-1792620_23.php

 

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/02/17/en-conflit-avec-la-sncf-le-nord-pas-de-calais-gele-ses-versements_4368251_3234.html

 

http://www.metronews.fr/lille/la-region-nord-pas-de-calais-gele-ses-paiements-a-la-sncf/mnbq!IwiPJw39FfdBE/

 

 

 

 

 

Rédigé par myriamcau.fr

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article