Quelle issue pour les Roms présents à la Bourse du Travail ? Lille

Publié le 24 Novembre 2013

Depuis maintenant un mois des Roms mis à la rue par les pouvoirs publics ont trouvé refuge à la Bourse du Travail de Lille. Sur Roubaix, il existe encore des Roms accueillis dans des conditions totalement inadaptées à La Solidarité ou chez le Dr Lamarre. L’intersyndicale de la bourse diffuse une « Lettre Ouverte » adressé au pouvoir politique. Elle dénonce « la chasse au Roms » et la construction d’un apartheid social et économique. solutions sont possibles, elle doivent être mises en œuvre et l’Etat doit s’y impliquer, les élus de tous les territoires doivent contribuer. Lisez et diffusez la lettre ouverte des syndicats
 
Pour tout contact : Olivier Pira : 06 64 79 28 14
 
UD CGT Nord - FSU 59/62 - Solidaires 59/62
 
Lettre ouverte aux ministres signataires de la circulaire du 26/08/2012.
Copies à
- Mr HOLLANDE, Président de la république
- Mme DUFFLOT, Ministre de l’égalité des territoires et du logement.  
 
Le 28 octobre 2013, 120 Rroms dont 50 enfants, suite à leur évacuation du Parking P4 de Villeneuve d’Ascq, à la confiscation de leur habitation et de leurs effets personnels, se sont retrouvés sans solution et n’ont bénéficié d’aucune proposition d’hébergement, ni de relogement.
 
La Bourse du travail a constitué, pour eux, l’unique refuge qui ne peut être en aucun cas considéré comme un lieu d’hébergement, même provisoire et comme une réponse à ce scandale humanitaire, sanitaire et social.
 
Ces familles et leurs enfants n’ont fait l’objet d’aucun diagnostic, ni accompagnement et aucun moyen, autre que répressif n’a été mobilisé pour prévenir ou éviter ce scandale humanitaire.
 
Depuis le 28 octobre, nos organisations syndicales ont multiplié les démarches et les actions, mairie de Lille, Conseil Général, en préfecture avec les services concernés, dans des réunions de suivi des Rroms, en tête à tête avec Monsieur le Préfet BUR. Chaque fois, ce sont les acteurs politiques en territoire qui ont empêché ou rejeté toutes propositions, toutes solutions.
 
Vous êtes signataires de la circulaire du 26 Aout 2012, et à ce titre vous vous êtes engagés à ce que l’action de l’Etat relative aux campements illicites s’inscrive dans le respect des principes fondateurs de la République, or, nos organisations constatent que l’Etat, en la circonstance, mais aussi de manière générale lorsqu’il s’agit des populations Rroms, ne respectent pas les lois et les principes fondamentaux de la république, ni les conventions internationales :
 
• non application de la loi DALO, de l’article L 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles, de l’article 375 du code civil relatif à la protection des mineurs.
 
• Non-respect des articles 11 et 13 du préambule de la constitution française de 1946 repris dans la constitution de 1956,
 
• Non-respect de l’article 26 de la déclaration universelle des droits de l’homme, des dispositions de la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, de la convention relative aux droits de l’enfant, etc.
 
Il nous apparait clairement aujourd’hui que la circulaire du 26 Août 2012 ne sert qu’à cautionner une politique d’Etat discriminatoire envers la population Rroms qui par la multiplication des évacuations mises en œuvre s’apparente de plus en plus à « une chasse aux Rroms » qui n’a rien à envier aux exactions commises par les autorités Roumaines et Bulgares.
 
En effet, les familles Rroms réfugiés à la bourse du travail viennent principalement de la région de la ville de Baia Mare en Roumanie où un véritable Apartheid social est mis en place par son Maire, qui fait l’objet d’un rapport d’Amnesty international.
 
En juin 2012, après avoir érigé un Mur autour du quartier « CRAICA », celui-ci a procédé à l’évacuation de 500 familles Rroms de ce quartier.
 
En pourchassant les familles Rroms, en multipliant les évacuations (de nombreuses familles de la bourse du travail en sont à leur 5eme évacuation) L’Etat Français et de nombreux Maires des villes de la Métropole lilloise qui refusent toute forme d’accueil des Rroms participent à la construction de cet apartheid social et économique qui s’étend de plus en plus dans l’Union européenne.
 
Alors que de nombreux responsables politiques multiplient des déclarations racistes et xénophobes, que le ministre de la justice en est elle-même victime, celles et ceux qui ont la responsabilité d’assurer la continuité des principes et lois de la république semblent plus enclins à opérer des calculs électoraux, plutôt qu’à chercher à endiguer la montée des idées d’extrême droite.
 
Ce serait une véritable faute politique et historique que de ne pas assumer l’héritage politique de l’après 1945 en jouant le pourrissement de la situation à la bourse du travail de Lille et en continuant d’appliquer seulement le versant répressif de la circulaire à l’encontre de tous les Rroms vivant en France.
 
Suite à notre rencontre avec la Direction Départementale de la cohésion sociale, ce jeudi, nous sommes obligés de constater, une énième fois, que l’Etat ne propose aucune solution globale sérieuse par manque de volonté politique évidente alors qu’il est responsable de cette catastrophe humanitaire, sanitaire et sociale.
 
Le préfet va-t-il enfin user de son pouvoir de réquisition, va-t-il enfin recevoir des directives de son ministre de tutelle Car Dans le cadre des 1 million 700 000 Euros débloqués par la ministre de l’égalité des territoires et du logement pour la région Nord-pas de calais, des solutions existent ! .
 
Nous exigeons que l’Etat français apporte enfin une solution humaine et juste, respectueuse des conventions et traités internationaux signés par la France, des directives Européennes et de la loi.
 
Vincent Delbar UD CGT 06 85 51 70 43
Nord Didier Costenoble FSU 59/62 - 06 76 48 57 98
Vladimir NIEDDU Solidaires 59/62 - 06 03 40 30 79
 

 

 

  

Rédigé par myriamcau.fr

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article