Violence routière : zéro alcool au volant pour les jeunes, une fausse bonne idée...

Publié le 27 Décembre 2012

CIMG0361.JPGMerci à Hervé DIZY, président de la Ligue contre la violence routière 59-62. Il a été interrogé par @nordeclair sur le zéro alcool au volant pour les moins de 24 ans. Il énonce une dizaine de raisons pour être contre cette mesure:

1 - le zéro alcool n'existe pas, pour le minimum est 0,20g/L sang. En effet nous produisons tous de l'alcool naturellement (à divers taux jusqu'à 0,10 pour certaines personnes), donc plus personne ne pourrait conduire!

2 - il ne faut pas durcir une loi qui n'est pas appliquée: en Grande Bretagne le taux est resté à 0,80g et pourtant les résultats sont meilleurs car il y a beaucoup plus de contrôles.

3 - dans 80% des accidents mortels dus à l'alcool, le conducteur (car c'est très souvent un conducteur pas une conductrice) présente un taux supérieur ou égal à 1,20g.

4 - baisser le taux à "zéro" c'est faire peser une épée de Damoclès sur une grande partie des conducteurs alors qu'il faudrait focaliser l'attention sur la minorité de ceux qui ont un problème avec l'alcool. Pour un jeune avec un permis probatoire à 6 points, une seule bière et il perd son permis, c'est une dureté incompréhensible.

5 - si on fait une comparaison avec la pêche aux requins blancs tueurs, ce n'est pas en utilisant des filets avec des mailles plus serrées que l'on va attraper plus de grands requins tueurs, on va au contraire se donner plus de travail en prenant inutilement beaucoup plus de petits poissons, les filets seront pleins en risquant de rater les requins par surcharge de travail. Il faut augmenter le nombre de bateaux de pêche en ciblant mieux les requins avec des appâts spécifiques et des hameçons. Les radars embarqués (3ème génération) permettent de focaliser la répression sur les grands délinquants routiers et sont totalement indétectables (le Coyote ne peut pas les prévenir d'un contrôle).

6 - il faut obliger l'installation d'éthylotests anti démarrage (EAD) pour toute personne détecté au taux délictuel de 0,80g."Qui a bu, boira" dit le dicton, "qui a bu ne conduira plus". Il y aura ainsi une véritable politique de prévention car ce qui compte ce n'est pas punir quand le mal est fait mais éviter que le malheur n'arrive. Je propose que l'EAD soit prescrit par le médecin traitant en accord avec la famille du malade alcoolique qui ne pourra plus s'échapper du contrôle familial en prenant son véhicule pour aller s'enivrer puisqu'il sait qu'il ne pourra pas plus revenir (ou même partir s'il n'est jamais sobre). Il faut une démarche thérapeutique de prévention mais pas de répression généralisée.

7 - il faut faire réappliquer la loi Evin dans toute sa rigueur alors que la présidence de Sarkozy l'a affaiblie en permettant la publicité pour l'alcool sur Internet média préféré des jeunes.

8 - il n'y a pas de problème spécifique d'alcool pour les jeunes, l'alcool est un problème généralisé. Une contre l'alcool au volant qui ne touche que les jeunes permet juste de se donner bonne conscience sans avoir un caractère d'efficacité.

9 - de 2002 à 2007, les radars vitesse et le contrôle sanction automatique (plus de passe-droits) ont fait chuter de 10% la vitesse moyenne sur route, d'où une baisse de mortalité de 40%. La part de l'alcool n'a pas bougé sans qu'il y ait d'action contre ce fléau, si les causes étaient indépendantes, la part de l'alcool aurait du augmenter. En agissant uniquement sur la vitesse, l'ensemble de la mortalité quelque soit la cause de l'accident a diminué car la vitesse est le socle commun de la mortalité. Il est donc plus efficace de réduire la vitesse (comme c'est fait avec le permis probatoire) des jeunes, pour faire respecter les limitations le LAVIA (limiteur de vitesse automatique par GPS) est un outil des plus efficace car il est possible de programmer l'appareil spécifiquement pour des conducteurs (110 à la place de 130, 100 au lieu de 110, etc). S'il faut une action spécifique envers les jeunes elle doit se placer au niveau des permis probatoires pour leur faire respecter les limitations existantes sans en ajouter de nouvelles,  ceci permet de ne pas stigmatiser les jeunes mais les jeunes conducteurs .

10 - les conducteurs de 2 roues motorisés parcourent 2% des km en France et constituent de 30 à 50% des tués. La raison est simple: quand la vitesse moyenne des conducteurs a baissé de 10%, celle des 2 RM a peu diminué, la part des 2 RM a donc augmenté*. Il y a de toute évidence plus de jeunes qui conduisent des 2RM que de séniors, une action spécifique 2 RM permettrait ainsi de diminuer la mortalité chez les jeunes sans les cibler particulièrement.

*: Une autre catégorie a augmenté, celle des véhicules utilitaires professionnels car le patron n'est pas tenu de dénoncer l'auteur de l'infraction, donc il n'y a pas de perte de points. Le carnet de bord obligatoire avec inscription du nom du conducteur, de la date, de l'heure et de la nature de la mission, ces données livrées aux autorités en cas d'infraction, le conducteur professionnel pourra perdre ses points, il fera désormais plus attention aux règles qui s'appliquent à tous.

Rédigé par myriamcau.fr

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dizy 29/12/2012 08:35

Un article paraît ce dimanche dans la voix du Nord, j'ai très lourdement insisté sur le fait que la vitesse est facteur n°1 puis c'est l'alcool (et pas le contraire comme le répètent les médias
depuis des années suite à une erreur de transcription officielle), le Pr Claude Got le démontre dans une video à voir sur mon site http://violenceroutiere5962.org
Les lobbies automobiles, autoroutiers, pétroliers veulent éviter de se focaliser sur la vitesse pour continuer à produire des véhicules inutilement rapides (pour quelle raison 90% des modèles
peuvent dépasser le 180 quand nous sommes limités à 130? il y a 30 ans seuls 10% des modèles dépassaient le 180), bref des véhicules plus lourds, plus consommateurs d'énergie, plus polluants. Avec
des véhicules plus légers, limités à 130km/m, optimisé pour le cycle urbain, moins dangereux pour les usagers faibles (cyclistes et piétons) nous pourrions avoir une majorité de voitures ne
consommant que 2L/100. La révolution écologique est à notre portée: en divisant par 3 ou 4 la consommation de carburant (plus besoin de diesel pour consommer moins en fait, c'était un leurre), en
diminuant par 3 ou 4 la pollution atmosphérique, le bruit routier, en divisant par 2 la mortalité routière (1,5 millions d'euros par mort) et les invalidités physiques permanentes (IPP) qui coûte
10 fois plus, ce sont des dizaines de milliards d'euros économisés sans effort autre que celui de changer de type de véhicule, sans restreindre ses déplacements. La sécurité routière peut être un
moteur de l'écologie, il suffit simplement de se rendre sur le site de la ligue contre la violence routière htp://voiturecitoyenne.fr pour s'en rendre compte. Tous les écologistes devraient
rejoindre cet élan qui doit obliger les constructeurs à nous vendre les véhicules dont nous avons réellement besoin, pas ceux qui leur permettent de faire le plus de profit, qui permettent de
vendre plus de carburant pour que l'Etat perçoivent plus de taxes. Etre écologiste ce n'est pas être utopiste, je démontre ici que c'est tout à fait le contraire, nous sommes les réalistes et les
pragmatiques quand les productivistes vivent dans l'illusion qui vire à la dérision de la crise que nous vivons actuellement.